Site du Journal tout l’immobilier - hebdomadaire tous ménages (159’514 exemplaires Certifiés remp/FRP)

«Top 10» des régies

Un exercice semé d’embûches

Quelles sont les 10 régies les plus importantes de la place? Pour jauger l’état de santé d’une enseigne, l’on a souvent recours à l’état locatif sous gestion. Cette donnée – correspondant au volume des loyers traités - ne reflète pourtant qu’une partie de la réalité.

L’état locatif sous gestion est une unité de mesure – comparable aux actifs sous gestion des banques – couramment utilisée pour évaluer la performance d’une régie dans sa fonction de conseil et d’intermédiaire. Cet indicateur est mis à jour régulièrement et correspond généralement à une donnée brute. L’état locatif sous gestion peut être converti en valeur immobilière et en valeur de projet (étude et développement). Si cette donnée était jusqu’à une dizaine d’années gardée confidentielle, elle est aujourd’hui relativement publique (sites Internet, publications, etc.).
Toutefois, certaines agences immobilières – qui n’ont pas souhaité nous communiquer leurs chiffres - estiment que ces montants expriment de façon incomplète la qualité des services rendus. Car en effet, quel est le but de chacun? Avoir la plus grande masse sous gestion? Ce n’est pas certain: tout dépend de la stratégie déployée par les agences. S’agit-il par exemple de s’étendre en dehors des frontières cantonales ou au contraire de favoriser une implantation locale?

«Top 10» de l’état locatif
Le tableau ci-contre présente à titre indicatif les montants fournis par les régies genevoises contactées. Outre l’activité exercée au sein de notre canton, ces données nous informent sur l’importance de ces agences dans le reste de la Suisse romande. Cette «délocalisation» de certaines enseignes dans les autres cantons romands (fusions, acquisitions, etc.) s’est en effet accentuée ces dernières années, que ce soit en nom propre ou sous une autre bannière.
Ainsi, Wincasa et Naef doublent, pour ainsi dire, leur valeur locative genevoise par la gestion de biens en Romandie. Pour la Société Privée de Gérance/Rytz & Cie, le Comptoir Immobilier/Gendre & Emonet et Gerofinance-Dunand/Régie de la Couronne, l’expansion en dehors du territoire genevois représente aussi une proportion importante des montants locatifs sous gestion.
Mais cette tendance n’est pas universelle: certains – tels que Brolliet, Pilet & Renaud et Grange - préfèrent se concentrer sur Genève. Et enfin d’autres, comme le groupe Bernard Nicod avec ses 11 agences, sont fortement implantés en Suisse romande, les affaires genevoises ne représentant qu’une faible proportion.

Cerner la qualité des prestations 
«Il y a autant de méthodes de calcul que de régies à Genève, souligne le représentant d’une enseigne genevoise. Parle-t-on d’état locatif brut ou net? Les honoraires PPE sont-ils capitalisés ? Cette donnée comprend-elle les subventions?». Ces questions montrent bien l’importance de manier les données avec beaucoup de précaution.
D’autres informations pourraient permettre d’évaluer l’ampleur des agences immobilières, comme par exemple le nombre de succursales et/ou de collaborateurs. Pour certains, c’est l’indicateur le plus pertinent, notamment en termes de participation à l’économie genevoise; cependant, les qualifications du personnel et l’importance de l’automatisation dans les processus devraient compléter les données. «Le taux d’honoraires est un bon critère, car il reflète la qualité du service fourni au client. Si, pour le même état locatif, on prend 2% ou 5%, cela se traduira par des prestations très différentes», relève l’un de nos interlocuteurs.
Le nombre d’objets gérés est un autre facteur, pour autant qu’il soit nuancé par la composition et la diversité des biens en question (logements en loyer libre, subventionnés, coopératives, copropriétés, administratifs, commerciaux et artisanaux, etc.). Enfin, le chiffre d’affaires global d’une enseigne, reflétant les honoraires de gérance auxquels viendraient s’ajouter les honoraires de conseil et de vente (courtage) est un critère de comparaison, toutefois plus difficile à obtenir… Au final, seule la conjugaison de plusieurs données permettrait de faire une véritable analyse comparative des principales régies de la place et de dresser un tableau nuancé de la réalité. Notre «Top 10» en page 4 est donc purement indicatif. 

Véronique Stein

Telecharger au format PDF