Site du Journal tout l’immobilier - hebdomadaire tous ménages (159’514 exemplaires Certifiés remp/FRP)

Ouvrage publié par l’EPFL et Cobaty Neuchâtel

Pour une intensité urbaine

Lancé lors de l’inauguration du dernier Salon de l’Immobilier de Neuchâtel, l’ouvrage «Intensités urbaines / Une vision prospective pour le centre-ville de Neuchâtel», publié sous la direction du professeur Emmanuel Rey (EPFL) avec le concours de l’association Cobaty Neuchâtel, a retenu l’attention d’un nombreux public, et singulièrement du Conseiller communal (Exécutif) Olivier Arni, qui a pris date pour une présentation de ces travaux aux autorités de la Cité du comte Rodolphe.

Le professeur Rey dirige le LAST (Laboratoire d’architecture et technologies durables) de l’EPFL. Lui-même membre de Cobaty, cette Fédération regroupant près de 4700 professionnels de l’acte de construire dans 130 associations de sept pays, essentiellement en France et en Suisse, il a piloté un programme de recherche de la Haute-Ecole visant à proposer une vision d’avenir pour les centres-villes en général, se fondant sur le cas spécifique de Neuchâtel. Cercle de réflexion et de proposition bénévole, transversal et apolitique, Cobaty ne pouvait que s’associer à cette initiative. Lors de la manifestation organisée en mai, on notait la présence, auprès de la présidente de Cobaty Neuchâtel Franziska de Montet, du président de la Fédération Thierry Oppikofer et de représentants de plusieurs associations cobatystes, de Genève à Nice-Côte d’Azur.

Urbanisme éclairé
L’ouvrage, en moins de cent pages de textes et illustrations, pose la question fondamentale d’un certain manque de dynamisme de centres-villes pourtant appelés par l’évolution naturelle de nos cités à devenir des éléments fédérateurs de vastes territoires urbanisés. Valoriser les interconnexions entre de nouvelles polarités dont il s’agit de favoriser l’émergence, créer une «épine dorsale» pour structurer un maillage efficace et vivant du tissu de la ville, tels sont les objectifs. «Bâtir aujourd’hui, ce n’est plus développer sans limite, en hauteur ou en largeur, sans considérer simultanément les ressources et les besoins. C’est tenir compte de l’Homme», relève Thierry Oppikofer dans sa préface. Les auteurs, à ce propos, constatent que la tertiairisation des centres-villes génère une désertification de ceux-ci en dehors des horaires commerciaux. Entre 1998 et 2008, pas moins d’un magasin sur dix a disparu dans les dix principales villes suisses. Les habitants du centre-ville n’offrent globalement pas une contribution fiscale importante; les villes assurent un service à tout un territoire, sans disposer de revenus suffisants; l’automobile y est encore envahissante, mais les transports publics souvent peu satisfaisants.
La notion d’intensité urbaine, moins réductrice que celle de densité, évoque la réalité d’une ville en mouvement. Ce concept peut être défini comme un ensemble d’événements ayant lIeu dans un espace donné et une unité de temps définie. Il ne suffit pas de planifier des espaces publics, des équipements, des maisons de quartier: il faut une vraie stratégie à long terme, axée sur le bâti, mais aussi et surtout sur la vie en commun, les usages de la cité, les pratiques générationnelles.

L’atout mobilité
L’ouvrage de l’EPFL et de Cobaty ne se cantonne cependant pas à la théorie. Dressant l’inventaire des atouts, des enjeux et des déficits de la situation urbaine neuchâteloise, les auteurs égrènent constats et propositions, notamment en termes de mobilité, avec entre autres l’idée d’une ligne de tramway prolongée et vue comme un lien de cohérence territoriale. Une telle colonne vertébrale favorisera le développement de pôles multiples, réactivera les échanges avec le centre historique, mènera à la reconquête de diverses identités de quartier, de ville, de région. A noter que le parallèle avec le CEVA genevois semble s’imposer - même si chez nous, certains esprits simples ou malveillants (parfois les deux!) ont de la peine à saisir les réalités, continuant à tenter de freiner et de renchérir aux frais des contribuables cette réalisation vitale.
Le travail de recherche intègre plusieurs chantiers en cours ou en phase d’étude, les intégrant dans une réflexion à plus vaste ambition. Les auteurs le disent eux-mêmes: on est là dans une position intermédiaire «entre projets concrets et totales utopies». Faciliter le débat et l’émergence de solutions fédératrices: on pourrait définir ainsi l’un des buts de Cobaty, mais aussi un rôle de l’Université dans la cité du XXIe siècle. 


Vincent Naville
L’ouvrage peut être obtenu auprès de l’EPFL ou de l’association Cobaty Neuchâtel
(p.a. Sabag, 3, rue des Tunnels, 2000 Neuchâtel).

Telecharger au format PDF