Site du Journal tout l’immobilier - hebdomadaire tous ménages (158’765 exemplaires Certifiés remp/FRP)

Bouquet de chantier à Meyrin

Des logements modernes pour les soldats

Uniformes, tenues camouflées, huissier de la République et trois conseillers d’Etat: en cette matinée de bise glaciale, le bouquet de chantier organisé par l’Etat, pour le nouveau bâtiment de stationnement des troupes de Meyrin-Mategnin n’était pas anodin.

Sur les lieux où se dressait un dépôt de munitions, les architectes du Bureau Holdener Architectures et leurs partenaires du Groupe Mars, consortium d’entreprises au nom bien choisi ont conçu un immeuble au socle de béton solide, à la (future) façade métallique plus légère et ouverte sur l’horizon, aux structures porteuses en béton calaminé apparentes, bref, une caserne du XXIe siècle symbole de l’Armée suisse:  résistante, stable et forte. C’est en tout cas ce que Georges Holdener a exposé aux officiers et aux magistrats, ravis.
Pierre Maudet a souligné l’effet de dominos qui allait s’enclencher avec l’achèvement, prévu dans une année, de ce bâtiment. On voit que les quelque 300 militaires vont être à pied d’œuvre, près de l’aéroport, et libérer peu à peu le périmètre de la caserne des Vernets. Le chef du Département de la sécurité et de l’économie se réjouit de la rapidité d’exécution de ce chantier piloté par les pouvoirs publics. «Avoir un maître d’ouvrage comme l’Office des bâtiments et l’Armée, qui sait exactement où il veut aller, c’est un atout précieux», sourit Georges Holdener.
Rappelant pour sa part que la garnison genevoise avait d’abord été logée à Plainpalais, puis aux Vernets, Antonio Hodgers a relevé d’une part l’aspect polyvalent de ce bâtiment, utile aux forces de police tout comme à son utilisateur principal l’Armée; puis il a salué le un premier pas décisif pour le quartier Praille-Acacias-Vernets, «ce PAV dont on parle depuis 10 ans sans avoir encore planté un clou». Aux Vernets «démilitarisés», ce seront 1500 logements, une tour d’activités et une école qui prendront place. Si même à Meyrin-Mategnin, dans un paysage assez dégagé, il a fallu négocier avec des riverains, le patron du DALE se félicite de ce que le Plan localisé de quartier des Vernets ait été pour sa part adopté sans opposition. Le vote populaire avait d’ailleurs, auparavant, été clair.

Réminiscences
Enfin, le Grand Argentier de la République, Serge Dal Busco, a rendu hommage à ces six mois d’un chantier mené tambour battant et aux ouvriers qui avaient œuvré sur un site qu’’il connaît bien, puisque dans les années nonante, en tant qu’ingénieur civil, il était intervenu notamment pour établir deux couverts à voitures  métalliques... toujours là et comme neufs. Il a aussi rappelé que l’Office des bâtiments dépendait du Département des finances, ajoutant sans fausse modestie ses compliments à ceux de ses collègues du Gouvernement.
Les trois conseillers d’Etat n’ont pas non plus manqué d’évoquer leur carrière militaire: Pierre Maudet et Antonio Hodgers dans les troupes de sauvetage, Serge Dal Busco dans les chars.
Prochaines étapes des points de chute augurant du grand déménagement militaire: transformer la place d’exercice des troupes de sauvetage d’Epeisses (près d’Avully) en centre d’instruction et bâtir un centre de logistique militaire et civile à Aire-la-Ville. 

Vincent Naville

Telecharger au format PDF