Site du Journal tout l’immobilier - hebdomadaire tous ménages (158’765 exemplaires Certifiés remp/FRP)

A 95 ans, toujours créatif

Les leçons de design et de style de Pierre Cardin

Il a révolutionné l’univers de la haute couture et de la mode, mais il n’est pas seulement un couturier. Plus actif que jamais, Pierre Cardin est un artiste complet qui excelle dans tous les registres et qui vient d’inaugurer, à 95 ans, une nouvelle boutique, avec ses propres meubles, à Paris, le 12 octobre dernier. Sotheby’s se prépare d’autre part à exposer, dès janvier 2018, les meubles et les objets design qu’il a créés. De quoi donner des idées quand on veut refaire la décoration de sa maison!

Il est né à San Biagio di Callalta (Vénétie) et a immigré en France avec ses parents, un couple d’agriculteurs vénitiens, quand il avait deux ans, après la Première Guerre mondiale. Il est devenu ce créateur immense qui ne cesse, depuis 70 ans, d’éblouir par sa sensibilité et sa créativité exceptionnelles. A 95 ans, Pierre Cardin a d’ores et déjà changé la haute couture. Avec Yves Saint-Laurent, c’est lui qui a bouleversé les codes vestimentaires et imaginé une manière nouvelle de s’habiller pour se sentir bien dans sa peau. 
Mais Pierre Cardin n’est pas seulement un couturier. C’est un artiste complet, qui crée aussi des meubles pour la maison - chaises, tables, lampes, commodes, paravents… - et qui aime travailler comme un décorateur d’intérieur en aménageant l’espace, les couleurs, l’atmosphère. «Pour moi, explique-t-il dans une récente interview au journal «Le Monde», le vêtement est une sculpture que la femme - ou l’homme - habite de son corps. Et j’ai créé des meubles qui l’entourent».

«Mes meubles sont des sculptures utilitaires»
Dans sa nouvelle boutique «Pierre Cardin Beauté», récemment inaugurée rue Royale à Paris, il a choisi ainsi de concilier et de faire vivre ses deux passions. Lui qui ne jurait que par le vert, sa couleur fétiche, son porte-bonheur, il a décidé cette fois de jouer la carte du bleu. Une sacrée manière de défier le poids des ans et la pesanteur du succès; une manière aussi de se lancer à corps perdu dans une nouvelle tranche de vie. «Vous avez vu, s’exclame-t-il, c’est ma première boutique bleue, et j’en ai réalisé moi-même l’aménagement intérieur».
Pierre Cardin raconte qu’il a commencé à dessiner des meubles quand il avait 53 ans et qu’il n’a jamais arrêté. L’amour de la matière, des formes, de la géométrie, de l’espace, des jeux d’équilibre… «Mes meubles sont des sculptures utilitaires», dit-il, elle doivent être à la fois des œuvres d’art qui parlent à la sensibilité et des objets quotidiens qui rendent la vie confortable et heureuse. «Il exige des meubles qui ne soient pas comme les autres. Il cherche un impact, une vraie présence», explique son biographe Jean-Pierre Hesse.

Une leçon de liberté!
Ce qu’explique Pierre Cardin, c’est que le design est avant tout une affaire de liberté et de goût personnel: les formes, les couleurs, le style, chacun doit être libre de ses choix et de ses coups de coeur. Vous aimez le style traditionnel? C’est très bien. Vous préférez un style moderne ou plus décontracté? C’est très bien aussi. Vous n’avez aucune idée particulière et vous mélangez tout sans le moindre complexe? C’est très bien, là encore! Car le seul conseil que donne le grand créateur, c’est de s’écouter et de se faire confiance.
«J’ai le respect de chaque style, dit-il, mais ce que je veux, c’est créer mon style propre. Dans la mode et le mobilier, je veux être percutant. Je ne regarde pas en arrière, mais vers l’avant. Je ne veux pas copier - même un ruban sur une robe ne ressemble pas à ce qui a déjà été fait -, je veux être copié. Je crée pour la jeunesse à venir». Ses créations sont aussiexposées dans son autre boutique de mode parisienne située non loin de la nouvelle, au 82, rue du Faubourg-Saint-Honoré: deux vitrines sur rue, peu de monde généralement à l’intérieur, l’atmosphère idéale pour être à l’aise et regarder tranquillement. Au mois de janvier prochain, ses créations aux couleurs pop ou ses consoles laquées seront aussi exposées chez Sotheby’s. 


François Valle

Telecharger au format PDF